J’ai échappé au diabète (Partie 7)

J’ai échappé au diabète (Partie 7)

Gửi bàigửi bởi admin » Chủ nhật Tháng 5 10, 2020 4:12 pm

Contenu

J’ai échappé au diabète (Partie 7) 2
1. Comment un diagnostique me rend diabétique, puis non diabétique? 2
2. Rappel de l’importance du sucre 2
3 Notes 4

J’AI ÉCHAPPÉ AU DIABÈTE (PARTIE 7)

1. Comment un diagnostique me rend diabétique, puis non diabétique?
Ce sont les critères de référence de glycémie qui déterminent la population des diabétiques. Ces critères changent selon les années, selon les opinions du monde médical.

En l’an 1979 : les critères de référence de glycémie étaient de:
- à jeun:100-140 mg/dL (6-8 mmol/L)
- après repas: 140-200 mg/dL (8-11 mmol/L)
Je ne suis pas diabétique, ma glycémie est de 150 mg/dL, après repas.

Quand le critère de glycémie est abaissé à 140 mg/dL, sans tenir compte des situations à jeun ou après repas, je deviens diabétique (glycémie:150 mg/dL), en même temps une grande population des gens deviennent aussi diabétiques, et ont eu des soins et médications erronnées.

Quand le critère est abaissé 126 mg/dL (7mmol/L) je suis toujours diabétique, en plus un taux de mortalité élevé est observé chez les 200,000 vétérans américains traités pour diabète. La mort n’est pas dûe au diabète, mais à diverses maladies reliées au manque de sucre. C’est à ce moment que AIA (American Iatrogenic Association ), une association qui se penche sur les erreurs médicales, a sonné le son de cloche. La référence de glycémie est augmentée à 180 mg/dL, mais pas encore unanimement respectée. Avec ce critère remanié, toute une population de diabétiques ne sont plus diabétiques, y compris moi ! Par chance

C’est la vision de la médication à vie dans le traitement du diabète qui fait surgir beaucoup de différentes maladies suite au manque de plus en plus sévère de sucre. Cette même situation se retrouve dans le traitement de l’hypertension par une médication à vie, avec les mêmes conséquences néfastes.

2. Rappel de l’importance du sucre
Les récentes recherches stipulent qu’une personne de 50 kg a besoin de 300 g à 500 g de sucre par jour, dont 144 g pour le cerveau et 36 g pour le système nerveux (central et périphérique), le reste est réservé pour les besoins de fonctionnement de l’ensemble du corps et pour maintenir une glycémie sécuritaire de 100-140 mg/dL.

A chaque 1 kg d’aliment ingéré (céréales, viandes, légumes, fruits....), il y a 80% de sucre produit. Pour avoir 500 g de sucre, il faudrait manger au moins 1,250 g d’aliments par jour. En réalité, peu de gens consomment journalièrement cette quantité de nourriture.

Une glycémie inférieure à 100 mg/dL (6.0 mmol/L) va amener à des étourdissements, des comas, des douleurs, de l’indigestion, des ballonnements, des remontées gastriques, des kystes au cou, de la perte de mémoire, de l’insensibilité des extrémités des membres, des états lunatiques, des crises d’épilepsie, des accidents cérébraux vasculaires, des kystes de graisse au corps, de l’insomnie, des mictions nocturnes fréquentes, etc..

La cellule a besoin de 4 ingrédients pour bien fonctionner: glucose, protéine, lipide et oxygène. En supprimant le sucre, le fonctionnement cellulaire est perturbé, donnant naissance à diverses maladies. Il faut apporter du sucre au corps, et non pas traiter les conséquences en ajoutant d’autres médicaments pour l’ulcère gastrique, pour l’ostéoporose, pour l’insomnie.....tout en privant le corps du sucre, et en prenant en plus de l’insuline.

Glucose+Protéines: permettent la production du sang (globules rouges-globules blancs-plaquettes…)
Glucose+Lipides : permettent la formation des fibres du tissu nerveux, des membranes cellulaires, des parois des vaisseaux sanguins, de la peau, des cartilages, des os…
Protéines+Lipides : assurent la nutrition des cellules
Protéines+protéines: assurent le maintien de la stabilité du code génétique ADN

Peu importe le type de diabète (1-2-3-4-cétone), il y a diabète quand il y a perturbation du métabolisme du sucre, c’est à dire déséquilibre de compensation entre les quantités de sucre et d’insuline. Trop d’apport d’insuline va bloquer la sécrétion d’insuline pancréatique amenant ainsi au cancer du pancréas.

Pour maintenir l’équilibre, il faut consommer du sucre, de préférence du glucose (sucre de canne, en mieux du jus de canne à sucre), de l’insuline de préférence d’origine naturelle (concombres amers), avoir une alimentation variée (végétale-animale) complète (glucide-lipide-protide ) et pratiquer les exercices physiques, de préférence les exercices de QiQongThérapie. Ce sont les exercices qui vont augmenter l’oxygène. On a ainsi les 4 ingrédients nécessaires au bon fonctionnement cellulaire.

Le cas le plus grave est quand il n’y a pas d’apport de sucre, mais il y a toujours d’apport d’insuline. À la première étape, toute la réserve de glycogène et de graisse du foie est épuisée pour donner du sucre, le foie diminue de volume, devient inerte. À la deuxième étape, le sucre est soutiré de toutes les parties du corps donnant de la fonte musculaire, de la perte du poids, de l’ostéoporose, de la perte de mémoire, de l’insuffisance rénale (taches d’hématomes sur la peau, éparpillées sur le corps). À la troisième étape, c’est l’étape fatale, toutes les graisses du corps sont dégradées pour donner du sucre. Comme l’acétone est le produit de dégradation des graisses, à cette étape, la personne va dégager l’odeur d’acétone.

La dégradation commence avec l’insuffisance du foie amenant au cancer du foie, suivie du cancer du pancréas, de l’insuffisance rénale (dialyse), de l’inertie cérébrale, et finalement l’insuffisance cardiaque amène au repos éternel.


3 Notes
Déviation de la bouche, par manque de sucre, prendre du glucose et masser la face, la joue du côté opposé à la déviation.

Les graisses non métabolisées, par manque de sucre, vont former des nodules de graisse sous la peau, éparpillés dans le corps.

Signe d’accumulation des graisses dans les intestins, même si le taux sanguin mesuré est normal voire faible: selles de couleur argentées et flottent à la surface dans le bol de toilette. Cette situation va conduire au cancer des intestins.

Traitement: prendre du glucose, de l’insuline naturelle, bien s’alimenter et pratiquer les exercices de QiQongThérapie.

Les pathologies suivantes sont dûes à la carence alimentaire des parents, donnant naissance ainsi aux enfants atteints de:
- Autisme: carence en protéines.
- Tête de petite talle, déformation osseuse: carence en lipides.
- Différentes formes d’épilepsie: carence en glucose et en protéines.
admin
Site Admin
 
Bài viết: 6126
Ngày tham gia: Chủ nhật Tháng 4 17, 2011 12:18 am

Quay về Commenting on the subject Qigongrememo (KCYĐ)

Ai đang trực tuyến?

Đang xem chuyên mục này: Không có thành viên nào đang trực tuyến3 khách